CHAISES

Created with Sketch.

La réparation d’une chaise passe bien souvent, pour ne pas dire toujours, par l’étape du recollage. Les chaises, fauteuils, banquettes en rempaillage ou en cannage sont, de manière générale, des meubles fabriqués suivant les techniques traditionnelles, à dire que les assemblages se font par tenons et mortaises. L’avantage de cette technique est que c’est réparable, pour ainsi dire, à l’infini et c’est ainsi que nous avons pu préserver une partie de notre patrimoine.

Le tenon, c’est l’extrémité, par exemple, d’un barreau de soutien comme ceux qui se trouvent sous votre assise. Et la mortaise est le « trou » qui a été creusé dans le pied de la chaise, par exemple. Le tenon est pré-encollé, ainsi que la mortaise, puis il est imbriqué dans la mortaise. Le tout est ensuite serré pendant le temps de sèchage.

Les chaises traditionnelles, qu’elles soient en rempaillage ou en cannage, sont toutes montées sur le même principe. Cependant, il est préférable de bien connaître ce meuble, qui paraît si simple de prime abord, pour le recoller car les chaises sont très sollicitées et les concepteurs de ce meuble de tous les jours ont cherché à obtenir une résistance à toute épreuve ou presque. Ainsi, il est fréquent de trouver des clés dissimulées sur les tenons. Une clé est une partie du tenon qui est creusée et dont la forme incurvée va se bloquer d’elle-même lorsque le tenon suivant est inséré dans la même mortaise. Gare à celui qui voudrait donc démonter une chaise dont les assemblages jouent sans connaître les règles de montage et donc sans se soucier de ces tenons à clés ; à coup sûr les clés casseront et la résistance de la chaise sera moindre même si elle est ensuite recollée.

Appeler
Itinéraire